RIO +20: Le jeunes se tournent vers les emplois verts comme réponse au chômage

New York, le 16 juin 2012 12:10

Avec plus de la moitié de la population mondiale de moins de 25 ans et la crise économique mondiale qui continue, la création d’emplois offrant des revenus décents, réduire l’impact des activités économiques sur l’environnement, et offrir des conditions de travail est une priorité principale pour les jeunes personnes participant à la Conférence des Nations Unies pour le développement durable au Brésil ce 20 à 22 juin 2012 (Rio +20).

« Beaucoup de jeunes trouvent qu’il est très difficile de s’intégrer dans l’économie, mais il existe des possibilités et des choses sont faites », a déclaré le directeur de la création d’emplois et du développement de l’entreprise à l’Organisation internationale du Travail (OIT), Peter Poschen, à un événement parallèle organisé par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), hier à Rio de Janeiro.

« Trouver de nouvelles façons de penser le développement et comment il peut créer des emplois à long terme est important pour veiller à ce que les jeunes ont accès à une meilleure future. »

Pendant l’événement, les représentants des gouvernements, des fonctionnaires de l’ONU et les jeunes ont discuté de la situation que nous faisons face aujourd’hui et de ce qui doit être fait afin qu’ils puissent avoir accès à des emplois qui offrent une protection sociale adéquate et qui ne sont pas en contradiction avec l’environnement.

« Toute personne jeune, y compris moi, pense que les débouchés sont là, pas en nous ni autour de nous, et nous avons cette quête d’aller le voir », a déclaré John Wali, un jeune militant du Kenya en prenant part à l’événement, qui a travaillé sur des projets visant à aider les jeunes à créer leurs propres entreprises.

Une des principales questions examinées était la nécessité de fournir aux jeunes les compétences nécessaires pour s’engager dans une économie verte. Dans une interview avec le Centre d’Actualités de l’ONU, M. Poschen a noté que plusieurs fois il y a un écart entre les compétences offertes par la main-d’œuvre et celles exigées par les emplois dans les secteurs verts tels que l’énergie.

« Il ya un goulot d’étranglement dans de nombreux pays et dans de nombreux secteurs dans lesquels les qualifications requises ne sont pas disponibles dans le marché du travail pour les secteurs verts qui se développent rapidement dans le contexte de la crise économique», a déclaré M. Poschen. « Nous avons donc une situation paradoxale où, d’une part, il y a du chômage béant entre les jeunes et, d’autre part, il y a des postes vacants qui n’ont pas été remplis parce que les gens n’ont pas été formés.

« Les ajustements de l’éducation nationale et dans les systèmes de compétences nationales sont très importantes à faire en sorte que nous n’avons pas ce genre de décalages. »

M. Poschen a souligné que les emplois verts doivent également offrir une protection sociale de sorte que les gens travaillent dans des conditions équitables et décents et à veiller à ce qu’ils peuvent absorber les chocs, comme la crise économique ainsi que les catastrophes climatiques.

Felix Beck, un délégué des jeunes de Rio+20 représentant l’Allemagne, a déclaré que c’est l’une des principales préoccupations des jeunes en Europe.

« Nous avons besoin de discuter comment nous pouvons créer des emplois non seulement pour le court terme, mais aussi dans le long terme afin que nous puissions avoir accès à des emplois de qualité parce que beaucoup de gens font des stages non rémunérés », a t-il dit. C’est quelque chose qui semble être nécessaire pour obtenir un poste rémunéré, mais en ce moment beaucoup de gens sont dans une boucle faisant un stage non rémunéré après l’autre, donc c’est vraiment un problème. »

M. Beck fait également parti d’une organisation non-gouvernementale appelée Rio+20s, ayant pour but d’essayer de tirer parti de la participation des jeunes dans le cadre des préparatifs de la Conférence.

De nombreux autres événements parallèles à Rio +20 se concentrent également sur la façon dont les jeunes peuvent non seulement bénéficier des politiques de développement durable, mais peuvent contribuer activement à ce processus. Rio+20 suit après le Sommet de la Terre en 1992, a également tenu à Rio de Janeiro, au cours de laquelle les pays ont adopté l’Agenda 21 – un plan pour repenser la croissance économique, promouvoir l’équité sociale et d’assurer la protection de l’environnement.

16 juin 2012 12:10

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s