Débat sur le problème des déchets et des ordures dans les villes de Madagascar

Le vendredi 10 février est organisé le premier programme au Dr. Martin Luther King’s Youth Civic Center à Anosy, il s’agit d’un grand débat sur le thème de l’assainissement des grandes villes. Comme YCC est un centre pour les jeunes, les jeunes ont été appelé à participer à ce débat.

Il s’agit de débattre des causes et des solutions des déchets et des ordures qui règnent dans nos grandes villes (Antananarivo, Antsirabe, Toamasina, Mahajanga, etc.). Deux grandes lignes d’idées sont à démontrer, à convaincre et à persuader: la responsabilité de chaque citoyen et la responsabilité des dirigeants (mairie, État). Le principe du débat est de choisir parmi ces 2 grandes lignes et de dégager des arguments qui prouvent pourquoi chaque citoyen ou les dirigeants sont les responsables de l’insalubrité et de son éradication. On sait tous que ces deux lignes ne sont pas contradictoires mais sont complémentaires à la fin car si l’État nous met à disposition les matériels nécessaires pour en finir avec les ordures, les citoyens s’ils sont mal éduqués peuvent toujours jeter leurs poubelles où ils veulent et ce sera un cercle vicieux.

Parmi les intervenants, il y avait un invité spécial qui est là pour embellir le débat de son expérience: il s’agit de Ratrema William le directeur général du groupe éducatif ACEEM. Un fervent partisan du Hasina malagasy dont il n’y a pas de traduction exacte en français (un ensemble d’honneur-valeur-dignité), il démontre le principe malagasy que pour détruire le hasina de quelqu’un ou d’un lieu sacré, il suffit de lui salir donc lorsqu’une grande ville est salle c’est l’honneur de la ville qui est bafoué et sa population avec. C’est le « Hasina » qui fait de l’Homme (au sens Humain) un Homme donc une ville salle veut dire que ses dirigeants et sa population ne méritent pas le respect. Il raconte l’exemple du Singapour qui décide de faire de la propreté de ce très petit pays un de ses atouts, en effet cela attire les investisseurs. Là-bas, cracher dans la rue ou jeter son chewing-gum partout est passible d’une grosse amande voire même d’une peine de prison ferme. Pour Mr Ratrema William, la première étape c’est de convaincre les citoyens d’une ville que c’est la dignité de l’homme qui est détruite avec une ville salle mais pas seulement ceux des dirigeants.

La deuxième étape du débat était de dégager des actions à prioriser pour résoudre le problème des ordures dans nos grandes villes et la capitale Antananarivo en particulier. La solution la plus proposée est la sensibilisation. L’idée de la reprise des cours d’éducation civique à l’école refait surface. Beaucoup d’autres idées naissent également: l’élaboration de loi sur la propreté, la création d’un ministère de la propreté (ministeran’ny fahadiovana), etc.

Prochain débat au mois de Mars: le problème de l’emploi pour les jeunes (qui critiquera l’exigence de la première expérience dans les offres d’emploi)!

A lire: Inauguration du Youth Civic Center

Publicités

2 commentaires sur “Débat sur le problème des déchets et des ordures dans les villes de Madagascar

  1. C’est un débat qui mérite d’être considéré car les ordures s’entassent et prolifèrent à Tana. Je suis d’accord avec le fait qu’il faudrait allier éducation et intervention de l’Etat. Mais je doute, vu la situation actuelle, que les choses avancent… De plus, qui financerait?

  2. Bonne question, c’est là le fond de ce débat: comment procéder? d’un côté les initiatives de chacun, de l’autre, la participation de l’Etat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s